Si vous êtes victime d’un accident de travail et que cet événement entraîne pour vous un arrêt de travail, vous avez droit à ce que l’on appelle des indemnités journalières ou IJ ? La question qui se pose est alors de savoir si elles sont limitées dans le temps. On vous dit ici pendant combien de jours vous pourrez prétendre à la perception des IJ.

Les modalités de versement des indemnités journalières

Tout d’abord, il faut savoir que les IJ sont dues à partir du 1er jour suivant l’arrêt de travail suite à l’accident. Cela signifie que le jour de la survenance de l’accident donne droit à la totalité du salaire journalier et non uniquement à une indemnité. Elle sera alors versée par l’employeur.

En se basant sur les chiffres de 2019, on peut dire que durant les 28 premiers jours de paiement des IJ, celles-ci seront d’un montant de 60% du salaire journalier et ne dépasseront pas 202,78 euros. A partir du 29è jour de paiement, les IJ montent à 80% du salaire journalier de base avec un plafond de 270,38 euros.

Au-delà de 3 mois d’arrêt de travail, une revalorisation des indemnités journalières peut encore intervenir et ce, dès lors que l’on constate une hausse généralisée des salaires.

Parlant maintenant du salaire journalier de base, il équivaut à 1/30è jusqu’à 1/42è du dernier salaire versé au salarié sans qu’il puisse dépasser 327,16 euros.

On constate alors que les IJ sont limitées dans leur montant et peuvent s’étaler au-delà de 3 mois. La question qui se pose est de savoir si la durée de l’indemnisation du travailleur accidenté peut aller encore plus loin.

La durée maximale du bénéfice des indemnités journalières

Il faut savoir qu’aucun délai de carence n’est appliqué pour le versement des IJ dans le cadre d’un accident de travail. Ces indemnités sont dues aussi longtemps que l’accident de travail empêche le salarié qui en est victime de reprendre son poste.

Ce n’est pas le cas des indemnités complémentaires, à verser au salarié en complément des IJ si celui-ci remplit certaines conditions notamment s’il peut justifier d’une ancienneté d’un an et plus. En effet, ces indemnités sont dues pour une durée maximale de 60 jours au salarié ancien de 1 à 5 ans et de 80 jours pour le salarié bénéficiant de 6 à 10 ans d’ancienneté.

Enfin, les IJ d’un accident de travail sont donc aussi différentes de celles dues en cas d’arrêt maladie étant donné que ces dernières sont aussi assorties d’une durée maximale, 360 jours sur une période totale de 3 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here